Les jardins du Botrain


Le jardin

Lorsque nous avons acquis la propriété en 1986, il n'était pas encore question de faire des 2 hectares de terrain attenant le "jardin extraordinaire" qu'il est devenu aujourd'hui.

Toutefois, l'ouragan qui dévasta la Bretagne en 1987 n'épargna pas le Botrain. Nous avons alors décidé de transformer le désastre en réussite. Certains beaux arbres du sous-bois, déracinés sont relevés et reprendront vite.

Botrain

"Lorsque nous avons acquis la propriété en 1986, il n'était pas encore question de faire des 2 hectares de terrain attenant le "jardin extraordinaire" qu'il est devenu aujourd'hui. Toutefois, l'ouragan qui dévasta la Bretagne en 1987 n'épargna pas le Botrain. Nous avons alors décidé de transformer le désastre en réussite. Certains beaux arbres du sous-bois, déracinés sont relevés et reprendront vite."

Pour le reste le champ est libre et l'imagination de Marie se déploie : "De nature à la fois curieuse et inventive, la passion jardin m'a toujours habitée et j'ai toujours travaillé la terre et fait pousser des plantes. Surtout je tenais à m'approprier le terrain. Passionnée par les jardins anglais, dont ceux de Gertrude Jekyll, j'ai souhaité que mon jardin soit dans cet esprit."

Une jolie formule que la rencontre en 1993 avec le paysagiste Michel Gesret va permettre de concrétiser. Michel Gesret, paysagiste aussi discret que talentueux, a gardé de son passage aux Beaux-arts une belle sensibilité à l'architecture et aux couleurs.

Sa collaboration au Botrain s'avère vite indispensable et le projet prend son envol : Une série de jardins, de petites scènes intimistes sont créées en une succession de chambres, d'ambiances diverses.

Botrain

L'entrée
Une allée plantée de cerisiers 'Sunset Boulevard', remarquables pour la floraison printanière et le feuillage d'automne.

Le jardin des simples et des aromatiques
Une petite allée fleurie tout au long de l'année devant la véranda (Helleborus xsternii, l'hiver, scutellaria incana, l'été.....) mène au jardin des simples et aromatiques (Thym, ciboulette, rue, angélique, monarde, rumex, alchemilla mollis, plante huître - mertensia maritima.....)

La cour du manoir
Un lieu régulièrement remanié avec les potées de printemps et celles d'été. Mais aussi dans les massifs où les vivaces (Phlox, sanguisorba....) sont renouvelées de temps à autres entre les arbustes (Raphiolepis delacouri, camellia 'Spring Festival', rosiers 'Cornélia' et sur le mur du manoir rosiers 'Etoile de Hollande', Mme Grégoire Staechelin', banksiae lutea..... Des massifs surélevés, le long de la grange, abritent des plantes fragiles aux vents froids (olivier, romneya coulteri, rosier 'Mermaid'.....)

Botrain

Le jardin japonais et le rucher
Mis en place en 2004, Marie voulait le jardin japonais visible de la fenêtre de sa cuisine et s'inscrit devant le rucher du XVIIIème. Bâtie en schiste, cette construction originale est l'une des plus grandes de Bretagne et devrait être inscrite prochainement au titre des monuments historiques. Pour garder l'unité avec cette construction, le schiste est largement utilisé dans le jardin japonais. De grandes dalles servent de pas et font le décor minéral. Le décor végétal utilise les érables, azalées et graminées diverses.

La roseraie blanche
Un rectangle de buis entoure une nappe de rosiers 'Fée des Neiges' fleurissant plusieurs mois de l'année. Des narcisses et des tulipes animent le massif au printemps.

Botrain

Le jardin rouge
Un mélange de couleurs chaudes. Des fleurs (Hémérocalles, lys, crocosmia...) et des feuillages (Cannas, cotinus.....)

La chambre de lecture
Située au bout du jardin rouge, cette petite pièce de verdure, entourée d'une haie d'if, se caractérise par sa simplicité : un bassin avec des plantes aquatiques (Zantedeschia), un fauteuil, une statue d'inspiration renaissance.

Le mixed-border
De l'idée de Marie Defaysse, Michel Gesret a dessiné 2 grandes plate-bandes parallèles de 50 mètres, architecturées par des colonnes d'ifs et des boules de buis. Des boules de berberis pourpre rappellent un prunus de la même couleur qui a été conservé. Au point focal de cette allée trône un cornus controversa 'Variegata'. Des tapis de narcisses jaunes et blancs font le décor du printemps. Mais, c'est surtout à partir de la fin mai que cette allée prend toute sa plénitude avec des rosiers ('Norwich Castle', Reine des Violettes, 'Sally Holmes', 'Buff Beauty', et les lianes 'Bobby James', Toby Tristam'....) et de grandes nappes de plantes vivaces (Cephalaria gigantea, crambe cordifolia, nepeta, hemerocallis, aster.....).

Le jardin du printemps et le menhir
Une succession de floraison du début du printemps jusque l'été entoure le menhir en schiste de 3,65 m de haut (Enkianthus, rhododendrons, azalées, érables et à son extrémité l'arbre au mouchoirs.....). Un massif de rhododendrons botaniques (rex, sinofalconeri, auriculatum...) et de camellia suit la bordure est de la propriété. En complément, diverses vivaces ont été plantées sur le devant (Disporum, polygonatum, rodgersia...).

Le jardin d'iris
Quelques massifs abritent une petite collection d'iris barbus.

L'allée des lilas
Pour le printemps, plusieurs variétés de lilas commun et des rhododendrons yakushimanum, accompagnent narcisses et euphorbe. Pour l'été et l'automne, de la verveine de Buenos-Aires et des rudbekies escorte un mélange de graminées (Stipa, miscanthus...).

La pergola
Longue de 15 mètres, la pergola supporte des rosiers ('Cécile Brunner', 'Pink Cloud', 'American Pillar', 'Wedding day'...) des clématites ('Mme Lecoultre', 'Nelly Moser', montana...). Au pied, sont plantés des arbustes parfumés (séringat, azalées caduques) et hydrangea macrophylla 'Nigra', 'Yola Bleu', hydrangea serrata 'Blue Deckle'.

Le sous-bois
La partie haute, sous forme de clairière, avec érables, camellia, hydrangea, tapis d'omphalodes et geranium. La partie descendant vers l'étang, sous des chênes, est traitée de façon naturelle. Elle accueille des plantes d'ombre et de terre de bruyère (Rhododendron botaniques, camellia sasanqua et japonica, érables, Hydrangea macrophylla en variétés, hydrangea involucrata, nappes d'épimedium et de jacinthe des bois.

L'étang et le marais
Autour de l'étang, qui sert aussi de bassin pour l'arrosage, serpente un sentier perdu dans les plantes, tantôt au soleil, tantôt à l'ombre. Tout au long de l'année des floraisons se succèdent : Pieris, rhododendrons, azalées, rosiers, hémérocallis, lysimaque. Un bananier donne une note exotique répondant à l'immense gunnère qui trône au fond du marais. Celui-ci, situé au bout de l'étang, accueille des plantes dédiées à ce type de terrain frais Iris des marais, tapis de primevères candélabre, salicaires, cannes de Provence, prêle, myosotis des marais... Un peu plus dans l'eau : Pontederia, thalia, butomus, caltha. De l'autre coté du pont de bois couvert par une glycine on découvre sous des fougères arborescentes : lysichiton, iris du Japon, primevères candélabre, astilbes.

Le jardin chromatique
Le cercle chromatique décliné sous forme végétale : vert (rosa chinensis 'Viridiflora', euphorbia mellifera, helleborus foetidus...), jaune (Azalée, thermopsis, sophora, inula...), orange (Rosier 'Martin des Senteurs', lobelia laxiflora, euphorbia griffithii...) rouge (papaver, helenium, phlox, astrantia, geranium, escallonia...) pourpre (ophiopogon, sureau pourpre, penstemon...) violet (Buddleia, hebe, rhododendron, aconit...) bleu (campanula, phlox stolonifera, éphemère de Virginie, hortensia. Ce cercle au sol est doublé par un cercle de pylônes supportant des clématites.

Le potager
Un dessin "à la française" de bordure de buis ponctué de pyramide d'if entoure des plates-bandes de légumes et de fleurs annuelles (pois de senteur...).

La serre
Cette petite serre, en acier et verre, construite par "Serre d'Antan" est partagée en deux. La première partie, ouverte au public, abrite des végétaux pour serre froide : Lapageria, geranium de Madère, œil de Suzanne... et en potées régulièrement remplacées en fonction des saisons : tulipes botaniques, narcisses, plantes alpines, pelargonium... La deuxième partie, traitée en serre chauffée, abrite les végétaux demandant un peu de chaleur en hiver.

La roseraie
Structurée par des pergolas en acier peint en bleu foncé, cette roseraie est conçue pour être une immersion au milieu des roses. Beaucoup de rosiers sont remontants ('Lucia', 'Sourire d'Orchidée', 'Narrow Water'... ainsi que des rosiers anglais ('William Shakespeare', 'Charlotte', 'The Prioress', 'Leander'...). Un grand nombre est parfumé ('Princesse de Nassau', 'Jacques Cartier', 'Roseraie de l'Haÿ'...). Des vivaces bleues habillent le pied (Nepeta sibirica campanula poscharskyana, salvia nemerosa...)

Le jardin des senteurs
Tout au long de l'année se suivent des floraisons parfumées : Daphné, abelia chinensis et triflora, seringat, rhododendron, phlox, asclepias, galtonia...

Le jardin alpin
Quatre petits biotopes en fonction de l'exposition et du sol présentent des plantes dites de rocaille : Gunnera magellanica, campanula, chiastophyllum, rhododendron, cotula, edelweiss, lewisia, gentiana...

La placette
Une placette au centre des nouveaux jardins met en scène le minéral régional. Le schiste y est employé sous forme de dalles, barettes, et paillage

L'allée bleue
A l'emplacement d'un chemin creux menant au manoir, une allée de floraisons et de feuillages bleus et sa couleur complémentaire, le jaune, a été mise en place : Hortensia, jacinthe, hosta, clématite, azalée, polemonium...

Le jardin d'hosta
Structuré par des palis de schiste et de grandes poteries bleues ce jardin accueille une collection d'hosta, accompagnée de rodgersia, clématites, actaea...