Schlosspark Dyck


Le jardin

Les visiteurs du Schloss Dyck avec son parc et le territoire appelé le "Dycker Feld" peuvent profiter de la riche abondance offerte : l'éventail va de l'art horticole et paysagiste historique à l'aménagement moderne du paysage, et mille ans d'histoire du château et de son architecture peuvent être vécus sur une surface totale de plus de 70 hectares. Ici, les sciences, la pratique du jardinage, les manifestations et expositions exceptionnelles vont de pair et permettent de vivre une nouvelle expérience à chaque visite de Dyck.

Schlosspark Dyck

À l'aube du siècle des Lumières, le Prince Joseph zu Salm-Reifferscheidt-Dyck prit le contrôle sur le domaine au XVIIIe siècle. Botaniste et collectionneur de plantes, il voyageait beaucoup, prenant contact avec les jardins botaniques de nombreux pays et ainsi, sa collection comprenant 1500 espèces devint l'une des plus importantes d'Europe. Au début du XIXe siècle, Prince Joseph zu Salm-Reifferscheidt-Dyck fit aménager le parc du Schloss Dyck en style paysager par Thomas Blaikie. L'architecte paysagiste écossais planta les arbrisseaux et arbres exotiques alors collectionnés à des endroits exposés et il donna au parc le caractère lui faisant tenir une place particulière en Europe jusqu'à aujourd'hui même.

Par exemple, le tulipier de Virginie sur la presqu'île de l'Orangerie a poussé pendant des siècles et présente aujourd'hui une hauteur et beauté des plus rares. Un if géant sur la pelouse sud du château est vraiment impressionnant avec ses 110 mètres de circonférence. Un séquoia géant et des peupliers de diverses espèces lui tiennent compagnie. Sur la berge en face de l'aile sud du château, un cyprès chauve de Floride se dresse vers le ciel. Un chicot du Canada, des robiniers et des chênes fastigiés font partie des raretés à caractère particulier que l'on peut facilement identifier grâce aux panneaux d'information discrets.

Schlosspark Dyck

"Aperçus Perspectives" : ce sont les éléments du parc pouvant être vécus dans d'innombrables variations. Les ponts et les chemins conduisent au château, les allées et les axes de vue mettent en scène de façon impressionnante l'architecture baroque à maintes reprises. La nature aménagée pittoresquement sert parfois de cadre et parfois elle est elle-même le motif dominant d'une scène composée, encadrée d'une fenêtre ou d'un porche du château. Les raretés dendrologiques du parc du château y forment des pôles d'attraction d'une grande force d'expression : la nature environnante semble se perpétuer dans l'infini.

Les visiteurs sont invités à trouver leur propre endroit préféré dans le parc. Il est certain que le porche du pont baroque sous lequel l'on passe sur le chemin de la presqu'île de l'Orangerie fait partie des favoris. De là, on peut admirer le parc et le corps principal du château dans toute sa beauté et se reflétant dans les eaux calmes de l'étang. Naturellement, l'Orangerie fait aussi partie des favoris. Depuis sa terrasse ensoleillée, on peut apprécier la vue sur la presqu'île et ses parterres carrés qui rappellent la passion de la collection de plantes du Prince Joseph. Le jardin de plantes herbacées vivaces de la comtesse se trouve à côté de la "Teehaus" et invite les visiteurs à faire une halte à l'ombre. Il s'agit d'un jardin clos dont le caractère secret donne un sentiment de sécurité.

Schlosspark Dyck

Chaque endroit renommé du parc mérite sa réputation. Mais il ne faut pas hésiter à faire quelques pas de plus pour découvrir les coins romantiques, retirés et discrets que le visiteur pourra apprécier – avec un peu de chance – tout seul dans ce vaste parc. Il serait dommage de laisser échapper cette opportunité, si après la visite du château, on faisait demi-tour à hauteur de la presqu'île de l'Orangerie. On manquerait par exemple "l'Exèdre", le banc en pierre semi-circulaire invitant en mai les visiteurs à faire une halte, après qu'ils aient admiré l'orange, le jaune, le violet et le blanc éclatants du Jardin des Azalées de Mattern ou bien l'abondante splendeur rose et violette des rhododendrons géants. Les plus beaux spécimens attendent les visiteurs devant le "Waldpavillon" à la sortie.

Particulièrement au printemps, il est facile de trouver les prés de magnolias odorants ou bien la prairie alluviale du ruisseau "Kelzenberger Bach" où poussent des primevères officinales et des cardamines des près. Les visiteurs désirant admirer l'ail des ours peuvent "grimper" vers ce secteur du parc, puisqu'il se trouve juste derrière la forêt des cordes et d'escalades qui marque la fin des jardins thématiques. Mais on peut aussi atteindre ce secteur sans avoir à faire des performances acrobatiques, en prenant les sentiers aménagés. Un massif rond de tilleuls et des vieux arbres marquants se trouvent sur la vaste pelouse du parc qui s'étale sur une surface vallonnée. Existe-t-il un plus bel endroit pour faire un pique-nique ?

Schlosspark Dyck

Il faut encore mentionner un "endroit caché" : au-delà du fameux pont baroque, un chemin conduit le long de la berge du côté sud du château où se trouve un pont en bois caché dans l'ombre. Le chemin continue jusqu'à une petite gorge, flanquée d'un côté du château et de l'autre côté d'immenses conifères. Ici, il fait agréablement frais, même les jours de grande chaleur en été et les points de vue offerts sont charmants.

L'automne fait jouer les couleurs de façon spectaculaire : le jaune éclatant, le marron soutenu et le rouge dramatique et l'hiver met l'accent sur les contrastes, fait ressortir distinctement les contours. Ainsi, le parc est attrayant à toutes les saisons de l'année.

Schlosspark Dyck 

Le secteur axé sur la pratique de l'horticulture se trouve directement à l'entrée. Les amoureux des jardins y trouveront des idées intéressantes pour l'agencement et la composition de leur propre coin de verdure : les jardins modèles aménagés par des architectes paysagistes renommés montrent de quelle façon on peut même transformer un petit jardin en une oasis de verdure. Les jardins thématiques permettent de vivre l'histoire, l'horoscope des arbres fournit des informations et un espace de jeu en labyrinthe et un jardin d'escalade enthousiasmeront les plus jeunes. Une aire consacrée au seul thème des bambous les montrent dans de nombreuses variantes et présente les possibilités d'utilisation de ces plantes.

Une mer ondoyante de fleurs de toutes les nuances de couleurs accueille les visiteurs dans le jardin de plantes herbacées vivaces des Amis du National Trust en Allemagne. Ce jardin a été créé au printemps 2005 et il a été aménagé sur le modèle des plates-bandes classiques de plantes vivaces de Gertrude Jekyll (1843-1932), la paysagiste anglaise.

Dans le Dycker Feld, plus de 20 "espaces de jardin" carrés, cernés de roseaux de Chine, sont consacrés au thème de l'aménagement du paysage, tant du point de vue artistique qu'abstrait. Les visiteurs remarqueront bien les "Zehn Variationen eines Blocks" (Dix Variations d'un Bloc) en raison de leur emplacement frappant, à l'intersection de plusieurs axes de vue au devant de l'allée historique des marronniers. Ulrich Rückriem, le remarquable sculpteur de renommée internationale, a créé ici un groupe de sculptures taillées dans des blocs de granit d'environ trois mètres de haut. Selon la position du visiteur, le groupe de sculptures semble former un mur continu ou bien ouvre des vues et perspectives toujours différentes lorsque l'on en fait le tour.