Landschaftspark Duisburg Nord


La métamorphose d'un paysage industriel

A environ cinq kilomètres au nord du centre de Duisburg se trouve l'installation de hauts fourneaux désaffectée Meidericher qui est devenue entre-temps le centre du "Landschaftspark Duisburg-Nord" (Parc Paysager de Duisburg nord). Le Parc Paysager a une superficie d'environ 200 hectares et se compose de diverses surfaces désaffectées qui furent autrefois utilisées par l'industrie. Cela fait plus de 40 ans que fut mis fin à la production de fonte brute, ce qui signifia l'abandon de la mine de houille, de la cockerie, de la fonderie et d'autres installations. Le terrain présente une très grande diversité, en raison de la topographie fortement transformée, des différents substrats du sol et de la végétation qui y poussa spontanément. Certaines zones de la forêt sont encore semblables à une forêt vierge et l'on devine ici les vestiges "d'une ville engloutie". 

Duisburg

Le terrain était à l'origine une zone basse du fleuve Alte Emscher à Duisburg. Il y a plus de 100 ans, le fleuve Emscher coulait ici en direction du Rhin en formant de grands méandres au bord desquels se trouvaient des moulins à eau et des établissements de construction de bateaux.

Sous la pression des énormes pertes d'emplois dans le secteur de l'industrie de l'acier à Duisburg-Rheinhausen, le site exploité par l'industrie – aujourd'hui l'emplacement du parc paysager – constitua un équilibre écologique réalisé dans le cadre d'un échange, par rapport au nouvel établissement d'activités industrielles,.

Peter Latz et son équipe ont dépisté les structures de l'héritage laissé par l'industrie et les ont développées pour en faire un parc. L'idée des structures de parc est composée de plusieurs "couches" qui sont combinées les unes avec les autres de façon ponctuelle. Le parc a été divisé en secteurs de développement dont la réalisation a été effectuée par sections entre 1992 et environ 2003.
Les hauts fourneaux, autrefois "le cœur brûlant" du parc, sont le centre bien visible de la production de fer et d'acier.

Duisburg

Le "Wasserpark" (Parc des Eaux) est composé du système du fleuve Alte Emscher et du système de collecte d'eau en faisant partie. Toutes les surfaces des toitures et les surfaces stables dans le périmètre du parc notamment dans la zone de l'usine sidérurgique – sont intégrées dans la collecte d'eau, étant donné que le cours des eaux usées a été canalisé et qu'il n'existe que peu d'afflux naturel. Les eaux sont collectées et coulent dans des conduites ouvertes et dans les anciens systèmes de tuyaux de façon compréhensible dans la mesure du possible et le tout est mis en scène de façon spectaculaire. Le "Wasserpark" est bien sûr au plus impressionant lorsqu'on le visite pendant ou après une forte pluie.

Un grand nombre de lignes de chemin de fer traversent le parc paysager ainsi qu'une grande partie du nord de la Région de la Ruhr. Elles constituent une structure du cadre paysager très typique à la Région de la Ruhr. Les remblais des voies ferrées situés à différentes hauteurs s'entrecroisent et divisent le parc en différents secteurs clairement ordonnés. Toutes les zones du parc sont reliées les unes aux autres par l'ancien système de chemin de fer de l'usine. Ils constituent le "Bahnpark" (Parc des voies ferrées). Les voies ferrées sont situées en hauteur et lors d'une promenade dans les axes des chemins, on embrasse du regard le paysage et les quartiers environnants.

"L'idée de végétation" du parc paysager est basée sur le potentiel existant, constitué d'une végétation variée ayant poussé spontanément. Des plantes d'une variété toute particulière purent s'établir grâce aux conditions des différents emplacements, aux diverses périodes de mise en désaffection et à l'établissement de plantes étrangères qui étaient dans les transports de minerai et de charbon venant du monde entier.

Duisburg

Bien qu'elles aient été fortement marquées par l'industrie, les plus grandes parts des surfaces du Landschaftspark Duisburg Nord sont un paysage libre et dégagé et pas un parc complétement aménagé. La végétation variée ayant poussé spontanément, elle doit être conservée et entretenue par une intervention précise. Les "Gärten im Park" (Jardins dans le Parc) ont été amménagés à des endroits particulièrement sélectionnés. Les plantations intensives de jardin et l'entretien nécessaire sont limités ainsi à de petites zones partielles. Le côté caractéristique de chaque emplacement est pris en considération et est assimilé de façon thématique. C'est ainsi que sur l'emplacement de l'ancienne installation d'agglomération par frittage (ici, le minerai de fer et le coke étaient agglomérés en forme de boulettes), les jardins des trémies d'agglomérés furent réalisés, dans des compartiments de jardins protégés par des murs massifs en béton. La variété des minerais venant du monde entier qui furent stockés ici à l'origine, se reflète dans la composition diversifiée des jardins.

Un jardin campagnard a été aménagé dans la zone du "Ingenhammshof", une ancienne ferme située dans un secteur du parc paysager qui est utilisé exclusivement de façon agricole et non pas industrielle. On peut revivre ici l'image du paysage à l'époque pré-industrielle à proximité d'un méandre de la Alte Emscher réactivé.

Duisburg

Les "Vorparks" (avant jardins) ont été aménagés à certains endroits au bord de la partie de transition des zones d'habitation. Le "Vorpark Meiderich" profite des structures murales de l'ancien Ledigenheim, le jardin est enclavé au milieu d'un bois de bouleaux ayant poussé spontanément. A l'ancienne gare de rangement Winterstrasse, les tracés de voies ferrées et les surfaces pavées ont été intégrées dans la structure du parc de quartier.

Jonathan Park a réalisé l'installation lumière qui donne au parc son visage nocturne remarquable, particulièrement le week-end. Les lumières colorées sont les couleurs de marque de l'exposition "Internationale Bauausstellung Emscher Park".

Au cours des dix années après l'ouverture de la première section en 1994, Duisburg Nord s'est fait connaître en Région de la Ruhr et sur le plan international, en raison de la façon de traiter l'héritage et les traces laissés par l'industrie.