Le Jardin Georges Delaselle


Le jardin

Delaselle

La collection botanique du jardin Georges Delaselle fut aménagé à partir de 1897 et compte plus de 2500 espèces végétales du monde entier. Plus de deux tiers d'entre elles proviennent de l'hémisphère sud au climat méditerranéen. La particularité de cette collection, enrichie chaque année, est sa situation géographique sur une petite île, baignant dans les eaux clémentes du Canal de la Manche et néanmoins balayée par les tempêtes de l'Atlantique.

Delaselle

Le jardin présente des espaces très différents : la nécropole datant de l'âge de bronze avec les vastes pelouses, les dragonniers et les tombes découvertes par Georges Delaselle. La palmeraie, aménagée dans du sable, abrite une collection de plantes subtropicales. Depuis le calvaire, la vue s'étend sur la cacteraie, espace dédié aux cactus ainsi qu'aux plantes succulentes. La palette de couleurs du lin de Nouvelle-Zélande (Phormium) s'épanouit dans le jardin Maori. La terrasse ouest, parée de plantes à bulbes, s'étend jusqu'au centre du jardin, dans la zone australe, avec ses collections de plantes d'Australie et de Nouvelle-Zélande. Le jardin d'herbes présente le monde végétal des dunes, met en relief le large point de vue à travers le jardin et se termine par une lande fleurie, avec des arméries. A cet endroit, la vue se prolonge vers le sud sur la mer et le continent.

Delaselle

Histoire du jardin
A l'occasion d’un voyage, en 1897, l'assureur parisien Georges Delaselle tombe sous le charme de l’Île de Batz et de sa végétation exotique. Fasciné par la diversité de plantes rares en provenance des quatre coins du monde, autrefois amenées sur l'île par des marins, il prend la décision de créer un jardin exotique.

Delaselle

De 1897 à 1918, Delaselle fait aménager des dunes artificielles afin de protéger son jardin du vent et des tempêtes, et une cuvette profonde de cinq mètres dont les bords sont travaillés en terrasses. Au cours des travaux, une nécropole datant de l'âge de bronze est également mise à jour.

Delaselle

En 1918, Delaselle s’installe sur l’île et se consacre entièrement au développement de son jardin. Lorsqu'il décède en 1944, il laisse une oasis luxuriante, peuplée de palmiers et de plantes exotiques. Les différents propriétaires suivants laissent le jardin à l'abandon et celui-ci sombre peu à peu dans l’oubli. Ce n'est qu'en 1987 que ce paradis perdu est redécouvert. Des amateurs engagés se réunissent au sein de l'association «Les Amis du Jardin Georges Delaselle» et s'emploient à faire renaître le jardin. Le Conservatoire du Littoral acquiert le site 100 ans après l'achat par Delaselle et assure ainsi la préservation de ce témoin remarquable de l’histoire de la pratique botanique et de l’acclimatation des espèces exotiques dans les années 1900.