Wasserburg Anholt


Les parcs et jardins au château d'Anholt

A l'extrême ouest du district actuel de Borken, près de la frontière entre l'Allemagne et les Pays-Bas, se trouve le château d'Anholt entouré d'eau avec ses magnifiques jardins. En 1645, le château d'Anholt devint la propriété du prince zu Salm, et depuis 1811 c'est le domicile principal de la famille des princes Salm-Salm. La forme actuelle de la basse-cour, située dans une île, lui fut donnée au XVIIe siècle: un ensemble de trois ailes ouvert sur la haute-cour.

  

L'accès à la basse-cour, en venant de l'ouest, s'effectue en passant sur un pont en bois et sous un portail d'entrée pour arriver à une tour porte, mise en évidence par un toit en forme de bulbe. Au début de la voie d'accès se trouvent encore deux bâtiments de moulins datant du XVIIIe siècle et qui flanquent le fossé d'écoulement d'eau provenant de l'étang du château. Une figurine du "Heiliger Nepomuk" (Saint-Jean de Népomucène) est sur le pont entre les deux moulins à eau.

Le développement intéressant des jardins et parcs est lié à l'importance croissante du château en tant que lieu de résidence. Déjà, au début du XVIIIe siècle, la zone nord en bordure du château entouré d'eau comprend des jardins d'agrément de style français.

Le "Wassergarten" (le jardin d'eau), situé dans une île carrée, est considéré comme la partie la plus ancienne du parc du château. Après les destructions pendant la Seconde Guerre mondiale, cette partie de jardin fut remise en état comme roseraie. Les figurines représentant des dieux et les vases baroques y trouvèrent place. Les sculptures montrent les quatre moments de la journée et les quatre saisons. Les vases représentent la nature luxuriante et la fécondité.

  

Egalement le "Boskett" (le bosquet), au nord du château et relié à celui-ci par un pont-levis, fut reconstruit dans les années 1990 en suivant le modèle français, comme partie importante du jardin baroque classique. Une statue équestre grandeur nature et une amazone s'affaissant font partie de la décoration sculpturale du bosquet.

Le "Kanalgarten" (le jardin du canal), au nord-est du château, fait aussi partie des jardins plus anciens. On y trouve le petit salon de thé et des figurines en grès qui représentent les signes du zodiaque. Ce jardin est exclusivement privé et n'est pas ouvert au public.

Dans l'esprit du XIXe siècle, l'architecte paysagiste de Düsseldorf, Maximilian Friedrich Weyhe dirigea en 1816 les travaux de transformation de ces "anciennes" parties du jardin, en suivant l'exemple de style des jardins anglais.

En 1858, Edward Milner, un architecte paysagiste anglais, remania avec précaution les ensembles de Weyhe et y ajouta d'autres surfaces d'eau et surfaces gazonnées, ainsi que le "Hirschgarten" (le jardin du cerf) avec une grande allée.

   

L'île au milieu de l'étang situé à l'est du château, accroche l'attention et offre une vue haute en couleurs, particulièrement à la saison de la floraison des rhododendrons.

Le labyrinthe, aménagé seulement en 1987, est devenu un endroit apprécié du parc, où l'on aime s'attarder. Il a été créé en référence au labyrinthe situé autrefois dans le bosquet.

Aujourd'hui, les jardins baroques d'autrefois sont reconstruits comme tels. La juxtaposition de parties de jardin de différentes époques de l'art des jardins représente une particularité des parcs du château d'Anholt. En se promenant, le visiteur peut ainsi faire un voyage au travers de l'histoire des jardins d'Anholt. Si cette promenade est faite au printemps, une mer de fleurs d'un pré floral, aménagé en 1998 dans la partie du jardin paysager, fera grande impression.

A l'extérieur du parc du château, à environ 5 km du château, se trouve une autre particularité appelée "l'Anholter Schweiz" (la Suisse d'Anholt). C'est là que vers la fin du XIXe siècle, le prince Leopold zu Salm-Salm fit construire une réplique du Lac des Quatre Cantons avec une "Schweizerhaus" (maison suisse) et un paysage rocheux, en souvenir de son voyage de noces. Les roches et le bois, matériaux nécessaires à la construction de cette partie du parc furent spécialement transportés en bateau et en charrette à chevaux de la Suisse jusqu'en Basse Rhénanie.

Aujourd'hui, dans ce parc d'une superficie de 56 hectares se trouve le "Biotopwildpark Anholter Schweiz" (réserve biotope d'animaux sauvages d'Anholt). Des vastes espaces enceints avec des grandes volières et des animaux sauvages de la faune locale se succèdent le long d'un réseau de chemins de 6 kilomètres et constitue un lieu de promenade apprécié par les familles avec enfants.