Parc d’Aertrycke


Le jardin

A partir de 1770, la famille gantoise de Potter d’Indoye acheta des dizaines d’hectares de terre sur la partie la plus élevée du ‘plateau de Wijnendale’. Ils défrichèrent systématiquement cette zone de bois et de bruyère, connue sous le nom de ‘Verloren Kost’. La zone fut traversée de drèves rectilignes. Les parcelles les plus fertiles furent louées comme terres arables, sur les autres, on planta des conifères. A une extrémité du domaine, la famille construisit durant la première moitié du 19e siècle un pavillon de chasse pittoresque de style néogothique, nommé ’Aardenhutte’.

Kasteelpark d'Aertrycke

En 1865 August de Maere a repris possession d’Aertrycke, fit construire un château néogothique et un vaste parc paysager d'après les plans de Louis Fuchs, à l'époque l'un des plus prestigieux architectes de jardin de la Belgique.

Autour du château, Auguste de Maere fit aménager un vaste parc paysager d’après les plans de Louis Fuchs, l’un des architectes-paysagistes les plus éminents de l’époque. Fuchs créa une illusion paysagère avec de grandes pièces d’eau, des reliefs artificiels, des pelouses ouvertes et des plantations réfléchies de bosquets.

La façade arrière du château se réfléchit dans un vaste étang, dont un bras latéral se poursuit jusque dans le bois. Une remise à bateaux fut construite sur la rive de l’étang. Il s’agit d’un édifice néoclassique, d’où l’on jouit d’une vue exceptionnelle sur le château et la campagne environnante.

Kasteelpark d'Aertrycke

Pour le deuxième étang, situé devant le château, Fuchs tira parti d’un ruisseau, la Mouwbeek. Celui-ci fut creusé davantage en une pièce d’eau sinueuse qui, telle une rivière, serpente à travers le parc pour disparaître à nouveau dans la forêt. Une pavillon de bain, de style néoclassique fut construite sur la rive. A l’origine, le parc abritait d’autres folies de ce genre.

De nombreux arbres de différentes espèces furent plantés sur et autour des pelouses, ce qui donne une touche colorée qui change au fil des saisons. On y trouve un séquoia, un érable du Japon, des hêtres pleureurs, des marronniers d’Inde, des châtaigniers cultivés, des platanes et des cyprès des marais. Des sentiers sinueux traversent le bois.

Kasteelpark d'Aertrycke

Avec l’aménagement du parc, les travaux de construction sur le domaine ne furent que provisoirement terminés. Aux alentours de 1890, une glacière fut construite au bord de l’étang. L’orangerie date d’environ 1900 et la ferme fut agrandie une dizaine d’années plus tard. Le bâtiment le plus remarquable de cette période est sans aucun doute le pigeonnier rond. Apparemment, Maurice de Maere voulut ainsi renforcer le prestige du domaine du château. Pendant l’Ancien Régime, tout le monde ne pouvait pas élever des pigeons, et les pigeonniers étaient donc en quelque sorte un symbole de prestige.

Une allée de peupliers partant du nord de la partie boisée du parc mène à la chapelle funéraire de la famille de Maere d’Aertrycke. August de Maere fit construire la chapelle néogothique en 1896, quelques années avant sa mort. La chapelle se trouve sur une petite butte ornée de rhododendrons. Après le décès d’Auguste de Maere en 1900, le château et le domaine sont restés aux mains de la famille.

En 1990, le château fut transformé en restaurant et centre de conférence. Une partie de la ferme fut transformée en hôtel et cafétéria. Le domaine en lui-même est géré par l’administration provinciale de Flandre occidentale et est ouvert au public toute l’année.